Trésors d’Iran

Téhéran, Chiraz, Persépolis, Ispahan

Iran – Persépolis – DR

Les points forts

Les ruines de Persépolis unesco

La mosquée du Roi à Ispahan unesco

Les tours du Silence de Yazd

Le Musée archéologique de Téhéran

Le Chronoguide Iran

Certains lieux résument davantage que d’autres l’essentiel du passé iranien. Le Musée archéologique de Téhéran permet, certes, une immersion initiale dans l’Histoire du pays, mais c’est à Persépolis que le voyageur découvre ce qu’était la puissance et la gloire des souverains achéménides fondateurs, au premier millénaire avant notre ère, d’un empire qui se voulait universel mais qui tombera sous les coups d’Alexandre le Grand. Non loin de l’immense palais où les représentants des peuples soumis, figurés sur les bas-reliefs de l’immense terrasse, venaient faire acte d’allégeance au roi des rois, les hypogées de Naqsh e Rostem abritent les tombeaux de Darius, de Xerxès et d’Artaxerxès Ier. Au nord de l’imposant site qui vit le dernier shah d’Iran célébrer le 2500e anniversaire de l’Empire perse, c’est au souverain safavide Shah Abbas qu’Ispahan doit sa prospérité passée et son exceptionnel patrimoine monumental. Il y transféra, en effet, sa capitale à l’extrême fin du XVIe siècle et y mit ensuite en œuvre un programme de construction d’une ampleur exceptionnelle. C’est alors que furent édifiés la place royale, les grandes mosquées, plusieurs mausolées, le palais d’Ali Qapou, le pavillon aux Quarante Colonnes ou le pont établi sur le cours du Zandé Roud. Avec ses anciennes tours du silence, héritières de la tradition zoroastrienne, et sa Grande Mosquée, l’ancienne ville caravanière de Yazd apparaît également comme l’un des plus brillants symboles du passé persan.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *